2 janv. 2008

Les emblèmes de la capitale chinoise (1)…

C’était un matin brumeux et glacial du mois de Décembre 2007, en prenant l’une des ruelles commerçante de la ville on s’est dirigé vers l’endroit où je pensais la trouver…


De loin, dès le début de la ruelle, on l’apercevait dépassant toutes les autres constructions environnantes. Plus on s’approchait, plus elle était imposante et finalement à la sortie de cette rue où, passants, cyclistes et voitures se bousculaient, elle s’est apparue comme une soucoupe volante reposant sur les eaux calmes et glacées du lac. Un mélange complexe de verre et de béton pour une forme simple, je parle bien de cette construction qui englobe le théâtre national de Pékin et son nouvel opéra et dont j’ai eu le plaisir de voir et prendre en photos le jour même de son inauguration…

Le lendemain en continuant le périple commencé la veille, j’ai pu prendre quelques photos d’une autre construction devenue emblème national à Pékin, il s’agit de la CCTV dont aucun habitant ignore sa présence et dont elle est pratiquement le seul bâtiment qu’on puisse trouver sans parler le chinois, juste en quelques gestes pour expliquer ce qu’on cherche…

La aussi, pas de surprise sinon, une admiration vers un chantier pas encore fini mais qui voudrait communiquer trop de choses, une puissance sans faille, d’une nouvelle empreinte architecturale de cette ville qui ne cesse pas de grandir…

Les hutongs, une ancienne touche en plein renouveau.


Parmi les endroits que j’ai pu visiter, ce sont ses anciens quartiers, connus sous le nom de « hutongs », où on a l’impression de se trouver dans une autre ville. Une ville suspendue dans le temps, juste à côté des endroits les plus touristiques et pas loin des quartiers les plus huppés se trouve cette multitude de maisons traditionnelles authentiques, tout autour de cours internes gardés à l’identique, des quartiers entiers derrières des murs élevés où il faut juste entrer, flâner, découvrir quelques métiers d’autrefois, admirer les façades pelées, les ruelles étroites, les portes d’entrées colorées, des endroits inédit qui parlent encore un autre langage, tout aussi charmant, celui du Pékin d’autrefois mais où à toute notre surprise on pourrait même trouver des panneaux solaires pour les utilisations domestiques…





2 commentaires:

Détours des Mondes a dit…

Quelques photos judiceusement choisies pour nous montrer une capitale polysémique. Déjà, tes premiers billets de ton séjour à Pékin sont riches de ces multifacettes de la ville dont la rapidité de transformation doit être difficle à rendre compte.

Sipane a dit…

Merci pour ton commentaire Lyliana, très difficile à montrer tout ce que j'ai pu voir et ressentir sur place, d'où mon choix pour ces quelques photos en plus...