24 sept. 2009

A la rencontre de l’architecture contemporaine...

Le pavillon de l’arsenal enrichit la liste des itinéraires architecturaux à la découverte de la capitale française. Un geste salutaire bien que discret.

L’architecture contemporaine parisienne étant mal connue auprès d’un public qui, resté figé dans les quelques monuments caractéristiques et historiques, ne cherche plus d’aller loin dans sa découverte. Les touristes qui visitent Paris, la visitent mais pour quelles raisons ?
Pour sa renommée internationale, ses édifices qui ont participé à son histoire mouvementée à travers les siècles, ses quelques emblèmes architecturaux légués du temps des grandes expositions universelles, ses nombreux musées nommés dans des guides divers et parcourus par plusieurs langues étrangères.

Et malheureusement, peu nombreux sont ceux qui s’aventurent en dehors d’un circuit habilement conçu leur montrant sans peine les grands travaux du siècle dernier. Rares sont les personnes qui s’arrêtent devant un ancien immeuble aux allures organiques signé par un architecte inconnu cité à peine dans quelques ouvrages spécialisés. Et encore plus rares ceux qui viennent à Paris pour visiter l’architecture des cinquante dernières années. Sans parler de ceux qui ignorent complètement l’existence d’une architecture jeune et nouvelle, dynamique et promettante, innovante et colorée.

La question qu’on se pose, est-ce que l’architecture de ces dernières années n’arrive pas à changer l’image tellement ancrée de cette capitale autant visitée ? Les architectes d’aujourd’hui pourtant nombreux n’arrive-t-ils pas à véhiculer cette curiosité vers des constructions nouvelles et controversées ?

Néanmoins, cette architecture existe, elle se trouve partout dans la ville, elle est signée, soignée mais méconnue. Elle attend quelques expositions pour se faire un nom, plusieurs circuits et certains regards. Peut être quelques vitrines pour la mettre en valeur ou un bel ouvrage pour la décrire. Pourtant il suffit de marcher dans les endroits peu visités, de quitter les sentiers battus, d’aller à sa rencontre et de se laisser emporter par la nouveauté…

Cet article a été publié sur lemoniteur.fr et vous pouvez le trouver: ici.
Texte: © Sipane Hoh

6 commentaires:

sheily a dit…

Je te vois tellement bien dans le rôle de guide...

Sipane a dit…

Pas vraiment, j'ai encore beaucoup à découvrir :)

François a dit…

Et tu crois que ça va changer quelque chose le fait de faire un peu de pub pour l'architecture contemporaine? Paris restera Paris touristique aux yeux des autres, on ira toujours à Paris pour voir les classiques et pas autre chose.
Un long débat intéressant mais sans issu.

Sipane a dit…

Pour l'instant peu de publicités existent donc on peut mettre ça sur l'ignorance de l'existence de nouvelles constructions architecturales. Je ne dis pas qu'un jour au lendemain tout devrait changer mais l'effort vaudra la peine ne serait-ce que quand elle est adressée à une ou plusieurs catégories de visiteurs.

villenouvelle a dit…

Malgré tous les efforts, l'architecture contemporaine n'a jamais réussi à se faire aimer par le grand public. La raison? Je fais confiance à cet article:

http://www.cooltownstudios.com/2004/02/04/yes-those-buildings-are-looking-at-you

les architectures anciennes transmettent une image de bonheur, d'un paradis perdu que les touristes recherchent désespérément. Par contre, l'architecture moderne semble les renvoyer toujours à leur vie ordinaire: la levée tôt le matin, les embouteillages sur l'autoroute, les longues heures de travail dans une journée d'hiver...

Sipane a dit…

Quelque part c'est vrai et c'est bien dit, Merci Marco.