4 nov. 2008

Jusqu’au ciel...


En 1989, quand les japonais ont évoqué « Sky City 1000 », le gratte-ciel comportant une ville entière et étant la plus haute du monde, on a cru que ça faisait partie d’une douce et belle vision qui, probablement ne se réaliserait pas. On trouvait cette nouvelle dans tous les livres comme le résultat d’une imagination débordante d’un architecte qui, un jour a fait un beau rêve.

Depuis, les techniques ont bien avancé, l’ambition de certains pays émergeants est allée bien au-delà des quelques projets restés dans les tiroirs d’un architecte théoricien oublié ou dans quelque livre dont on se sert comme des exemples qui sortent de l’ordinaire dans les universités.

Les villes asiatiques restent bien en avance dans ce domaine, bien que d’autres les aient rejoint comme les pays du golfe persique ou même certains pays européens. On assiste à la naissance d’une nouvelle génération de gratte-ciel très loin de celle qu’on a connu à Chicago ou à Singapour.

Les nouvelles formes se succèdent, les nouvelles typologies aussi, celles qui deviennent « passives », « pivotantes », ou celles beaucoup plus complexes associant technologie, haute qualité environnementale et mixité des fonctions chose jusque-là inconnue dans ce genre de constructions.

La dernière née en Europe, après la fameuse « Tour Triangle » qui verra peut être le jour en France et qui reste au stade de projet aujourd’hui, c’est un gratte-ciel aussi monumental que le précédent, aussi imposant que ses confrères à travers le monde mais avec une particularité supplémentaire, celle d’être « modulable ».

Appelée « Sky Village », cette petite ville, conçue par les architectes MVRDV, s’élancera vers le ciel comme la flèche qui symbolise la capitale danoise et comportera sur une surface de 21688m² des appartements, des bureaux, des hôtels, même des parcs publics. Elle sera modulable et flexible, avec ses formes simples qui se rajoutent et s’empilent, cette nouvelle tour viendra s’ajouter à la longue liste des tours révolutionnaires symboles d’un nouveau mode de vie.

Finalement, on se demande, est-ce que l’évolution va s’arrêter là ou à l’image des villes spatiales d’un certain Yona Friedman la ville future va se tisser de plus en plus haut et de plus en plus loin jusqu’aux frontières de l’imaginaire ?

Pour plus d'informations sur le nouveau gratte-ciel de Copenhague, ainsi que ses photos, voir: ici.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Tu as bien raison de nous rappeler les conceptions chimériques d'Yona Friedman. Bel historique!

François.

Sipane a dit…

Merci. Avec tous les nouveaux projets qui se réalisent, on n'est pas très loin de ces conceptions qu'on croyaient irréalisables.

Scrapper's Run a dit…

La tour modulaire... un concept assez ancien et déjà abordé par Kisho Kurokawa dans les années 1970... ce qui tend à prouver qu'en terme de réalisation cela est faisable...
Par contre, c'est le rapport de l'homme à ces tours et l'acceptation de ces dispositifs [du moins en France] qui reste utopique :s
Sinon, sympa ton blog, Merci :)

Sipane a dit…

Merci, ton blog n'est pas mal non plus.

Scrapper's Run a dit…

Merci, mais ce n'est pas mon blog, je m'occupe juste de la rubrique architecture, dite "Neobriques".